12 octobre 2006

RPC Online : la base du Roman Provincian Coinage de l'Ashmolean Museum (Université d'Oxford)

La réunion de la SFN du 7 octobre m'apprend l'existence d'une base de monnaies provinciales romaines du IIIe siècle ap. J.-C. Je me précipite.

Il s'agit du t. VII de la série RPC (Roman Provincial Coinage), dont plusieurs tomes sont déjà parus au format papier.

Cette base de données recense "13.730 types monétaires, à partir de 46.725 exemplaires" et plus de 9000 monnaies sont accompagnées d'illustrations. Cela donne déjà une idée de la masse brassée.

La zone couverte est la suivante :

Carte de répartition des monnaies

Et la période chronologique la seconde moitié du IIe siècle : les Antonins.

Côté moteur de recherche, plusieurs types de recherche : "Quick search", un simple encart où saisir ses mots. Une ligne d'explication en dessous pour expliquer quel genre d'information il faut rentrer. Son pendant normal, la recherche avancée, qui propose des champs en lien avec la collection (nom ou titre du magistrat, "pseudo-autonome", etc."). Deux outils très précieux sur la recherche de légende :

  • l'affichage optionnel d'un alphabet grec (en cliquant sur une icône représentant un clavier d'ordinateur.
  • La possibilité de préciser si dans la légende recherchée le moteur doit tenir compte des espaces ou non.

Il me semble toutefois que lorsqu'on cherche à identifier une monnaie, on n'est pas toujours à même de déterminer quelle face correspond au droit, et quelle face au revers. Là, il faut choisir de faire sa recherche sur l'un ou sur l'autre, ce qui est un peu dommage.

Pour la recherche d'un type (que l'on retrouve en recherche rapide sans guide, ou en recherche avancée et en "recherche iconographique" avec guide), il est possible de cocher un ou plusieurs types dans une liste (si on en coche plusieurs, on recherche l'un OU l'autre type, et non une monnaie comportant les deux objets sur une même face. C'est utile si on a un doute, notamment, en lisant une monnaie abimée).

La "recherche d'identification" est une très bonne idée, permettant d'indiquer une ville, un type du droit ou un type du revers (un champ chacun, même remarque donc que pour la recherche avancée), une inscription (champ intitulé "Inscription du revers" -- il n'y aurait pas d'inscription au droit ?), une indication de métal (choix dans une liste déroulante), et un diamètre approximatif. La notion d'approximation me plaît beaucoup.

Le principal problème de ces outils, c'est le plurilinguisme : cette base est en anglais (ce qui vaut mieux qu'une base en français), et on n'est pas toujours à même de connaître les équivalences de termes et d'usages d'une langue sur l'autre. Cela dit, pour la plupart des catégories, le moteur propose une liste de choix cochables. Néanmoins une table de correspondances de traductions serait sans doute une bonne solution aussi. Cette table pouvant servir au niveau international, être reprise dans plusieurs bases de données -- et donc être rédigée selon des normes internationales, compréhensibles par les machines aussi -- et donc pas un simple tableau Excel. Je serais pour une TopicMap, personnellement. Parce que ça irait bien avec l'EAD.

Cela donnerait :

<xtm:topic id="COW">
<xtm:instanceOf>
<xtm:topicRef xlink:href="#Types"/>
</xtm:instanceOf>
<xtm:baseName>
<xtm:scope>
<xtm:topicRef xlink:href="#eng"/>
</xtm:scope>
<xtm:baseNameString>Cow</xtm:baseNameString>
</xtm:baseName>
<xtm:baseName>
<xtm:scope>
<xtm:topicRef xlink:href="#ger"/>
</xtm:scope>
<xtm:baseNameString>Kuh</xtm:baseNameString>
</xtm:baseName>
<xtm:baseName>
<xtm:scope>
<xtm:topicRef xlink:href="#fr"/>
</xtm:scope>
<xtm:baseNameString>Vache</xtm:baseNameString>
</xtm:baseName>
</xtm:topic>

Je sais, ça fait peur, mais c'est très utile si on cherche une "vache" comme type monétaire dans un moteur qui va interroger à la fois BN-Opaline (paix à son âme) et l'Ashmolean Museum. Le moteur traduit de lui-même la vache en "cow", et ça devient très intéressant.

Première ligne : le terme de référence. Deuxième ligne : on explique de quel lexique le terme dépend : ici, les types. Ensuite son équivalent en anglais, puis en allemand, puis en français. En fait, pour la plupart des termes, des dictionnaires multilingues et tables de traduction existent déjà (la classification Dewey, par exemple, et moult autres choses).

J'ai un peu quitté l'Ashmolean. J'y reviens.

On dispose d'un panier où stocker les résultats jugés les plus intéressants (afin de les avoir sur une même page pour éventuellement les comparer). Dans le panier, on peut afficher les notices selon deux modes : normal ou tabulé, en sélectionnant les colonnes (= informations) à afficher. Voilà encore une excellente idée. En revanche, je n'ai pas réussi à comprendre comment exporter ensuite une telle liste pour la récupérer sur son poste.

Autres outils de navigation : par empereur, ou par cartes.

Une grande frustration, due sans doute à mon manque de (re)connaissance des outils disponibles : je n'ai pas réussi à trouver des explications sur la structuration de la base. Je suppose que c'est une base de données en SQL, mais j'aimerais bien en être sûr.

Quoi qu'il en soit, c'est un magnifique outil de recherche, ergonomique et sobre, avec tous types d'informations, des guides d'utilisations et plusieurs points d'accès. Un exemple à suivre, à mon avis !

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Accueil

Mentions légales

MonnaieCe n'est pas un blog de collectionneur.
Je suis historien, un peu informaticien (j'adore les métadonnées !). D'où ce que vous pouvez lire ici.
Comme vous pouvez le constater, même si je le laisse en ligne, il n'est plus alimenté depuis longtemps.

Recherche sur le web numismate

Recherche dans les livres de numismatique de Google Book Search[...]

 

 

Généré par Blogger

Site Meter