20 septembre 2007

Dans Google Scholar

D'autres l'ont fait, j'en suis conscient... mais je suis dans Google Scholar, et ça me fait mon petit plaisir de la journée. Mon premier article, publié dans la Revue numismatique 2006, sur le type monétaire de Saint-Gilles : un agneau pascal et non une biche (de saint Gilles).
Aucun texte
[Faustin Poey d'Avant, Monnaies féodales de France, t. II, pl. LXXXI, 13]

L'argumentation est essentiellement la suivante :
  1. l'identification d'une image se fait en fonction des attributs (ici : une croix passant derrière le corps de l'animal) et non de son apparence (gracieuse).
  2. Dans l'iconographie de saint Gilles, on voit le saint et la biche, et il n'y a aucune raison d'y mettre une croix.
  3. Mettre un quadrupède devant une croix haute, c'est faire quelque chose qui ressemble tellement à un agneau pascal, que ce serait absurde de la part du graveur de croire que ses contemporains (XIIe siècle) vont y voir autre chose.
J'avais établi pour le rédiger une bibliographie des articles traitant déjà de ce type monétaire, quelle que soit l'interprétation qui en était faite. Du fait de la petite durée du monnayage, et de sa faible étendue, il n'y a que peu d'écrits sur la question, et je m'étais principalement appuyé (outre les études non numismatiques concernant par exemple la vie de saint Gilles, et les études des monnaies de l'Orient latin) sur Poey d'Avant d'une part, et
Henri ROLLAND, « La monnaie de Saint-Gilles », Provence historique, t. 5, 1955, p. 1-7.

Avec la fonction Ma Bibliothèque de Google Book Search, j'élargis cette biblio :
Anatole BARTHELEMY, "Explications de quelques monnaies baronales inédites", RN 1846, p. 287.
Il en dit ceci :
On a pu remarquer à mon paragrapbe XV un nouvel exemplaire de la monnaie de Saint Gilles que les textes nous font connaître dès la fin du XIe siècle 2 le type de l agneau pascal gravé sur cette obole et déjà signalé par Duby me paraît aujourd bui de nature à être expliqué par une légende Torsin que l on disait avoir été fail comte de Toulouse par Cbarlema gne était idolâtre et portait trois moutons dans son écusson Comme il était au siège de Bayonne un ange dit on lui apparut et lui ordonna de substituer une croix pommelée à ses premiers insignes3 de plus dans un manuscrit gascon une vignette représente Torsin à genoux devant Cbarlemagne un ange lui apporte un étendart sur lequel on voit un agneau et une croix à douze pointes 4 Il est évident que cette fable béraldique basée sur l origine des armoiries des comtes de Toulouse explique le type des monnaies en question Goll Cbr t IV Initr X col 228 1 Rev Num 1843 p 391 D Vaissette t II pr page 336 483 sE tr des registres de la maison de ville de Toulouse Histoire des com tes de Tolose par Guillaume Catel conseiller du roy au parlement in f 1623 p 43 et suiv Enrice iy la genologia dels contes de Tboloza ms gascon apud Guill Catel

Libellés : , , ,

3 Commentaires:

Anonymous G. Gras a dit...

et l'hypothèse du cheval ?

18:54  
Blogger Etienne a dit...

S'il y avait eu des partisans de cette théorie, j'aurais fait des recherches plus poussées dans ce sens. M'attaquant à la biche, j'y ai déjà consacré presque trop de pages.
Mais de manière essentielle, je ne trouve aucun bon argument en faveur du cheval, pour la raison suivante : Si je ne me trompe, l'hypothèse du cheval est reliée aux départs en croisade, à la fin du XIe siècle.
Or dans tous les monnayages que je connais, je n'ai pas souvenir d'avoir jamais vu un type créé suite à un événement.
Il me faudrait, pour m'expliquer davantage, développer sur plusieurs pages les différents motifs d'apparition de types, ou du moins ce qu'on peut en comprendre.
Et pour ce que j'en ai vu, ce n'est jamais une réaction à l'actualité (sauf au XVe siècle).

20:26  
Anonymous G. Gras a dit...

Les deniers de St Gilles ressemblent étrangement aux deniers de Raimond II de Tripoli.
Gustuve Schlumberger (Les Monnaies de l'Orient Latin IV,8) voyait dans ce denier de Tripoli un cheval devant une croix.
Les deniers de Raimond II et III inspirèrent les deniers d'Alphone Jourdain et Raimond V pour le marquisat de Provence. Ne pourrait-il pas s'agir d'une même influence pour le denier "à l'agneau" de St Gilles.
Le cheval et la croix sont des symboles des croisades.
Connait-on des monnaies de St Gilles antérieures au règne d'Alphonse Jourdain ?

20:38  

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Accueil

Mentions légales

MonnaieCe n'est pas un blog de collectionneur.
Je suis historien, un peu informaticien (j'adore les métadonnées !). D'où ce que vous pouvez lire ici.
Comme vous pouvez le constater, même si je le laisse en ligne, il n'est plus alimenté depuis longtemps.

Recherche sur le web numismate

Recherche dans les livres de numismatique de Google Book Search[...]

 

 

Généré par Blogger

Site Meter