29 décembre 2007

Bibliothèques numériques : GBS, Live Search, Gallica 2


J'ai enrichi ma bibliothèque Google Book Search (cf. ce billet), en incluant finalement des livres non consultables entièrement, voir pas consultables du tout. En effet indiquer un livre non consultable revient à faire de la bibliographie, en permettant tout de même une recherche en plein texte dans ce livre : je ne trouve pas inutile de pouvoir par exemple rechercher en plein texte dans Françoise Dumas, Le Monnayage des ducs de Bourgogne, 1988, en même temps que dans Poey d'Avant. Si je cherche par exemple une représentation de franc à cheval, ou une inscription de quatre lettres dans le champ, j'apprends ainsi rapidement que les ducs de Bourgogne ont pu l'utiliser, même sans accéder au livre. A charge ensuite pour chacun de se le procurer autrement.
De même, j'y ai mis Numismatique médiévale : monnaies et documents d'origine française, de Marc Bompaire et Françoise Dumas (2000), justement parce qu'il manquait un index à cet ouvrage. La recherche plein texte y pourvoira.
Notez que lorsqu'un livre n'est pas consultable, Google ne propose pas de recherche dans le texte intégral de cet ouvrage quand on va sur sa notice. Mais il est toujours possible de lancer une requête en rajoutant par exemple :
intitle:"numismatique médiévale" inauthor:bompaire.

Si un livre non consultable vous intéresse, vous pouvez le localiser dans une bibliothèque automatiquement (au niveau de la notice détaillée).
Je constate que Google Book Search me propose par ce lien un rebonds vers le Sudoc (catalogue collectif des bibliothèques universitaires françaises), sans la possibilité de choisir un autre catalogue. J'ignore si ce lien est paramétrable (lien vers WorldCat, par exemple, qui référence de nombreuses collections de bibliothèques françaises. Un lien vers la BnF est techniquement exclu).
L'interface de Google Book Search ne le prévoit pas (pas de page "Préférences"). J'ai modifié mes préférences Google Scholar (qui permet aussi de localiser un article dans une bibliothèque, et pointait par défaut vers le Sudoc), pour y choisir de localiser dans les collections de Harvard les articles trouvés par Google Scholar. Mais Google Book Search continue de chercher dans le Sudoc.

J'arrive à présent à 163 ouvrages consacrés à la numismatique médiévale (essentiellement française). N'hésitez pas à me signaler d'autres titres.
Si cela vous intéresse, j'ai la possibilité d'extraire la liste complète des titres (avec auteur et URL). Je pourrais la mettre sur ce blog.
Quand on fait une recherche dans la bibliothèque d'un internaute, il est impossible de limiter la liste des résultats aux ouvrages consultables intégralement. Toutefois, après avoir lancé la requête, on peut rajouter en fin d'url &as_brr=1, qui rajoute le paramètre "Affichage du livre entier".



Par ailleurs, Live Search (le moteur web de Microsoft) a lancé sa bibliothèque numérique, accessible uniquement quand on consulte l'interface américaine (onglet "More"), ou en allant directement à cette URL : http://search.live.com/results.aspx?q=&mkt=en-us&scope=books&FORM=LIVSOP.
Le contenu en est nettement plus pauvre que Google Book Search, et pour l'instant je n'ai trouvé à peu près que du contenu anglophone.
En outre, ils ont choisi de ne pas proposer de recherche avancée (Gallica 2 et Europeana ont fait la même chose), ce qui est particulièrement irritant pour la recherche de livres précis ou d'auteurs.
Les fonctions de consultation sont intéressantes (sur un mot recherché, au sein d'un livre une "règle" signale les endroits où est utilisé le mot en question, et permet de naviguer dans le livre de cette manière).
A part The Numismatic Chronicle and Journal of the Royal Numismatic Society, je n'y ai pour le moment pas trouvé grand chose. Mais j'y retournerai régulièrement pour voir...





Je n'ai finalement pas parlé de Gallica 2. C'était à la fois volontaire et par manque de temps. J'y ai retrouvé les défauts exaspérants d'Europeana : ne tient pas compte des guillemets quand il y a des apostrophes au milieu (ex. : "Poey d'Avant") ; ne propose pas de recherche avancée.
Quand on propose une bibliothèque numérique cherchable en texte intégrale, la possibilité de faire une recherche uniquement sur un titre ou un auteur me semble complètement indispensable. Sinon j'ai systématiquement trop de bruit. Si bien que je n'arrive pas à me servir de Gallica 2.
J'y ai noté un pari risqué : au niveau de la liste des résultats, l'interface propose deux encarts de recherche. L'un permet de relancer une requête au sein de la liste des résultats, ce qui est une bonne chose. L'autre propose de relancer une requête dans toute la bibliothèque.
L'objectif est ainsi de fournir à la fois un service (recherche limitée aux résultats d'une première recherche = filtre) et un raccourci (pas besoin de repasser par la page d'accueil pour relancer une requête globale).
A mon avis, la coexistence de ces deux encarts entraîne une confusion inconsciente : on a tendance à se servir du premier que l'on voit, sans se poser de question et sans remarquer qu'il y en a un second.
Au niveau de la liste de résultats toujours, chaque notice présente le titre, l'auteur, la date et des mots-clés (ex. : numismatique médiévale). Mais ces mots-clés ne sont pas cliquables, et ne permettent pas de relancer la requête "Tous les livres indexés avec l'expression 'Numismatique médiévale'".
Un point positif : des filtres sont proposés au niveau de la liste des résultat (Auteur, langue, pays, etc.), sur le même principe qu'Exalead ou Endeca, dont j'ai parlé jadis.
Sur l'interface de consultation d'un document, je regrette l'absence de loupe : je vous défie de lire ceci.
En revanche il est agréable d'avoir enfin une notice détaillée digne de ce nom dans une bibliothèque numérique, affichable facilement sans quitter la page consultée (petit encart qui se superpose à la fenêtre). L'affichage des pages est rapide, et l'ergonomie sobre et agréable. Voilà, j'aurai terminé sur une note positive.
Dans l'ensemble, c'est clairement un outil non achevé. Je ne doute pas que les personnes en charge du projet ont prévu toutes les fonctions absentes que je viens de mentionner. Mais il me semble qu'elles auraient dû précéder l'ouverture au public de ce service. Mais on peut supposer aussi une certaine pression politique qui n'a pas forcément laissé le choix. Tant pis...

Libellés : , ,

1 Commentaires:

Anonymous syma a dit...

J'abonde pour Gallica sur l'absence de zoom, j'ai passé un peu detemps la semaine dernière à essayer de trouver cette fonction avant d'abandonner et je me rends compte que finalement ça ne venait peut être pas de moi :)

00:05  

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Accueil

Mentions légales

MonnaieCe n'est pas un blog de collectionneur.
Je suis historien, un peu informaticien (j'adore les métadonnées !). D'où ce que vous pouvez lire ici.
Comme vous pouvez le constater, même si je le laisse en ligne, il n'est plus alimenté depuis longtemps.

Recherche sur le web numismate

Recherche dans les livres de numismatique de Google Book Search[...]

 

 

Généré par Blogger

Site Meter